NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

Les mineurs de fond, l'emblême des habitants des Hauts-de-France

6 - Les anciens Mineurs, toujours en vie : sont-ils nostalgiques ? (VIDÉO)


 Pour bien comprendre comment les mineurs se remémorent cette période, nous sommes allés en rencontrer plusieurs, notamment du côté de Lewarde, Lens et Liévin. Sont-ils nostalgiques, ou alors plutôt réservés ? « Il y a les deux écoles, estime Patrice Duffossé. Quand il y a de la nostalgie, généralement, on ne dit rien. C’était pour certains d’entre eux comme ça : de la franchise, mais surtout, beaucoup d’humour. Vous savez, quand on parle en patois sous le ton de l’humour, il y a des choses très marquantes qui passent

On constate chez les anciens mineurs effectivement un sentiment mitigé, « J’étais très content de finir, nous dit Lucien Laurent. Je me suis dit : je m’en suis sortie, parce que j’ai vu mes copains mourir. J’ai eu de la chance. Malgré tout, cela ne me dérange pas du tout de parler de ce métier : j’ai fondé une famille grâce à ce travaille ! Aujourd’hui, je suis fier d’avoir bien éduqué mes enfants, qui sont aujourd’hui des ingénieurs. Je suis fier d’être mineur ! » Ce n'est pas le cas de Claude Dryburgh  « Si on me demande d'y retourner, je le ferai ! J'ai ça dans le sang. Je réalise des maquettes des endroits où je travaillais (voir les photos). La seule que je fais quand je vais sur internet, c'est de lire, voir, écrire sur la mine. Ça me passionne toujours autant. »

Mais dans l’ensemble, et nous l’avons remarqué, la plupart d’entre eux n’ont plus vraiment envie de parler de la mine, « Ils en ont bavé. C’est un métier de bagnard, défend Pierre Duffossé. Mon grand père a eu un accident de fond en 1943. Il s’en est sorti… J’ai rencontré un mineur de Barlin, qui lorsque j’ai voulu aborder son ancien métier, de mineur, il s’est refermé très vite. Peu de gens portent une grande admiration sur ce qu’ils ont fait. Mais tout le monde sait qu’ils en ont bavé ! Ces gens étaient tellement courageux… Quand ils terminaient leur service, quand ils rentraient en autocar, ils se reposaient un peu puis allaient s’occuper de leur jardin, de leurs bêtes… C’était une vie assez difficile. »

Mais nos rencontres, nos visites dans plusieurs musées du territoire, est un véritablement enrichissement personnel et ô combien important, « C’est important de connaître avant tout l’histoire, cette période de l’exploitation de la mine, où chacun avait sa place, chacun avait un rôle, peu importe son niveau intellectuel, analyse Patrice Duffossé. Aujourd’hui, c’est la course au diplôme. Ce que j’approuve dans cette société industrielle, c’est qu’il y avait de la fierté, du courage, de la solidarité. C’est ce que je regrette aujourd’hui. Il faut se dire que le métier manuel est quelque chose de fascinant. »

Plus généralement, ces hommes, ces femmes, ont réussi à s’adapter de manière exemplaire au lendemain de Libération en 1945 jusqu’au moment de l’arrêt du travail de Mineur, en 1990.
« Vous savez, quand il s’agit de parler de cette histoire, il suffit d’appuyer sur un bouton en moi et je suis capable de vous parler de ça pendant des heures », complète Claude Dryburgh, avant que Lucien Laurent ne conclut, « Je vais de temps en temps voire les jeunes dans les écoles. Vous savez, il faut que la maîtresse insiste pour que l’on arrête la rencontre ! Les jeunes sont curieux, attentifs, et posent les questions qui le souhaitent. Ce qui me surprend toujours, c’est que les plus curieux, ce sont les enfants qui n’ont pas de parents ou grands-parents mineurs. C’est un métier qui reste encore ancré dans la mémoire collective. Et il ne faut pas que cela s’arrête »


Votre avis


Web tv

Vidéos associées


Lire aussi

1 - LA GRANDE HISTOIRE (1/2)

L’univers de la mine a toujours tenu une place singulière dans la société française. C’est dans la région, du côt ...

2 - LA GRANDE HISTOIRE (2/2)

 De nouveau, le sol du département est fouillé en tous sens, mais toujours sans succès. En 1840, les chercheurs, découragés, abandonnent la partie. On est po ...

3 - Le statut particulier de mineur : « La Grande Victoire »

 Au lendemain de la guerre 1939-1945, la France va devoir se reconstruire. Les mineurs, eux, sont bien évidemment réquisitionnés, considérés aux yeux du G&ea ...

4 – La disparition du métier, en 1990

 La grande Histoire des Mineurs n’a cependant pas échappé aux drames humains. Si la sécurité, leur statut avait totalement changé suites à la ca ...

5 – L’entretien de la mémoire des mineurs aujourd’hui

 Beaucoup de récits retracent le quotidien des ouvriers de la mine. Même si, au travers des personnes sollicitées, nous avons pu constater à quel point ces mineurs g ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais