NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

La crise des agriculteurs... état dans l'Avesnois

5 - Vouloir être agriculteur aujourd’hui : la motivation des jeunes du territoire


Avec l’actualité, on pourrait croire que la nouvelle génération d’agriculteur se montre réticente à l’idée d’être producteurs ou éleveurs. Bien au contraire. Le taux de renouvellement de la profession a même fortement augmenté ces dernières années : malgré la diminution de plus de moitié du nombre d'actifs agricols en 22 ans, 80% des départs en retraite ont été compensés en 2014, contre seulement un quart en 1995, selon la Mutualité agricole. En France, un agriculteur sur cinq a moins de 40 ans. Sur 12 916 installations en 2014, les deux tiers (8 407) se situaient dans cette tranche d'âge alors qu'ils étaient plus de la moitié en 1997 (13 400 sur 21 468). L’agriculture dans le territoire de l’avesnois a toujours été considérée comme une activité essentielle. Benjamin, notamment, est un jeune apprenti agriculteur du lycée agricole de Le Quesnoy. L’établissement est composé de plusieurs filières : les CAP, en alternance sur deux ans, et les brevets professionnels responsable d’exploitation agricole, sur deux ans en alternance. On y étudie également la commercialisation (BTS, ACS), la transformation (produit laitier), « On a des cours théoriques en classe, puis vient la pratique sur l’exploitation de Potelle (située à l’Est de la ville de Le Quesnoy) et on essaie travailler efficacement sur les exploitations où nous avons été pris en apprentissage. » nous présente Benjamin. L’inquiétude est évidemment au cœur des discussions en classe : savoir anticiper, changer de stratégie notamment via la filière courte « Il leur faut apporter une formation de qualité, complète Jean-Florian Pluvinage. Mes difficultés en tant que formateur enseignant est de leur faire comprendre qu’aujourd’hui on peut produire et vendre de plusieurs manières. Il faut s’adapter rapidement, et répondre au contrainte majeur d’aujourd’hui. » Les formateurs, aussi agriculteurs, connaissent et savent toute la difficulté de la vie au sein d’une exploitation : « Aujourd’hui, tout ce que nous entendons, tout ce que nous lisons, c’est bien. Mais nous le voyons, rien n’est encore concrétisé sur les marchés, relance Benjamin, déjà bien à l’aise sur le sujet. Dans son rôle de formateur, Jean-Florian Pluvinage apporte son expérience de son métier « C’est le même discours depuis des années. Il est temps de se bouger et mettre en place un programme fiable. On a des jeunes à installer, qui font des formations agricoles. On a besoin de les rassurer, mais pendant combien de temps arriverons-nous à le faire ? » Aujourd’hui, les aides (de 15 000 à 40 000 euros en financements directs et prêts bonifiés) et l'accompagnement humain sont déterminants pour installer la nouvelle génération. Ces sommes, réservé aux jeunes diplômés agricoles pourvus d'un projet solide, montre le dispositif est une garantie de succès : 95 % des jeunes qui en bénéficient sont encore en activité dix ans après.


Votre avis


Web tv

Vidéos associées


Lire aussi

1 - Pourquoi cette crise ? Quelles conséquences dans l’Avesnois ?

Début janvier 2016, nous avions prévu de rencontrer des élus du conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie pour notre dossier spécial sur les Élections R ...

2 - La réalité du terrain

La colère, le désarroi : les agriculteurs de la région ont multiplié les actions durant le mois de janvier et février. Boulogne sur Mer, Lille, Arras (voir a ...

3 - Benjamin Dennequin : « On prie le Bon Dieu pour savoir quand cela va repartir »

 

Benjamin Dennequin est responsable du dossier porcin au sein des jeunes agriculteurs du Nord-Pas-de-Calais. La crise de la filière porcine, il la subit depuis plusieurs mois. ...

4 - Un salon de l’Agriculture 2016 sous haute tension

Le Salon de l’Agriculture qui vient de se terminer à Paris a été l’occasion pour les consommateurs et la jeune génération d’apprécier tou ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais