QUITTER LE MODE ZEN

Le Dossier

Le développement économique de l'avesnois


5 - (VIDÉO) Mathieu, 20 ans, s’est lancé dans l’entreprenariat


 « Oui, c’était une ambition, même à mon âge », Mathieu s’assied face à nous en commençant par ce discours. Visiblement à l’aise, tout droit venu de Fourmies, le jeune entrepreneur expose son idée, son concept, lui qui est accompagné dans sa démarche par la plate forme de la ruche d’entreprise de Fourmies, « Je me suis rendu compte que dans mon secteur, au niveau du digital, il y avait fort à faire. Par la suite, je me suis renseigné sur la ruche d’entreprise de Fourmies qui m’a vraiment donné toute l’aide nécessaire pour avoir des aides. Je ne me suis pas trop posé de question finalement. »

Le jeune homme a un parcours classique : Bac général ES, à Fourmies puis BTS Maintenance des unités commerciales. Il travaillera notamment pour une enseigne de téléphonie mobile, mais son ambition est ailleurs, « Le projet est dans ma tête depuis plus d’un an, et c’est à ce moment que j’ai commencé à réfléchir pour la création de cette structure. Le départ essentiel c’était il y a 4 mois quand j’ai rencontré le directeur de la ruche de Fourmies. Ensuite, au fil de mes rencontres, mi-mars, j’ai créé l’entreprise. Mon but est d’abord de construire des sites web, de gérer les réseaux sociaux et de l’e-réputation pour les sociétés (administrations, associations). L’avantage que l’on a par rapport aux autres, c’est qu’au niveau du référencement, nous passons par les réseaux sociaux, qui ont un flux plus important, par rapport à un référencement naturel classique. On n’oublie pas de travailler sur le référencement naturel (SEO*) ».

L’idée de créer sa propre entreprise a surpris son entourage, mais Mathieu est avant tout déterminé, ce qui rassure ses proches, « J’ai en un peu marre d’entendre ce discours qui vient à dire que ce territoire est isolé. Grâce à internet, il pourrait mieux se faire connaître par le biais des réseaux sociaux. On est une région un peu « pauvre », donc il faut que cela change. Générer du flux sur le net, générer de l’emploi, c’est toute l’ambition du moment. Le monde du digital est un monde de création. Je suis jeune, et je voudrais ne pas oublier d’employer des personnes de mon âge. Dans quelques mois, je vais prendre un contrat de professionnalisation afin d’insérer dans le monde du travail un collaborateur passionné et lui donner la chance que j’ai eue auparavant. »

Rigueur, acharnement, motivation : Mathieu est bien déterminé à faire face à l’avenir. Avec plusieurs clients dans le domaine de la restauration, de l’automobile, d’entremetteur d’affaire, son réseau est déjà bien fondé, « J’ai des entreprises qui m’appellent d’un peu partout. Le réseau de client commence à grandir petit à petit. Grâce à des contacts qui me branchent sur d’autres structures, c’est du dialogue constructif. Le client veut surfer sur la vague du digital, et nous voulons nous développer. L’évolution, c’est avant tout le client qui en bénéficie. »


*SEO : c’est un référencement naturel (via les plates-formes de recherche, comme Google), qui utilise des mots clés que nous définissions sur le site internet et qui va remonter au fil du temps les informations par rapport au nombre de visiteurs qui vont venir sur le site.


Lire aussi

1 - L’Avesnois change et crée une nouvelle manière de se développer

Le ralentissement économique depuis la crise de 2008 est un frein pour le développement de nos territoires. Aujourd’hui, les entreprises se méfient, se posent de multiple ...

2 - BPI France : l’accélérateur

  La Banque Publique d’Investissement a débarqué dans l’hexagone sous cette forme le 31 décembre 2012, avec l’appui à l’époque du gou ...

3 - Au niveau local : l’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) au chevet des nouveaux projets (1/2)

La Sambre-Avesnois est un territoire où il y a beaucoup de chômage : en 2011, le territoire avait même le taux de chômage le plus élevé de France, selon l&rsq ...

4 - Au niveau local : l’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) au chevet des nouveaux projets (2/2)

 Aujourd’hui donc, pour trouver un emploi par la voie classique, le demandeur d’emploi devient potentiellement son propre employeur, « À mesure que le taux de ch& ...