NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

L'exode de mai 1940 : le récit du peuple des routes originaire de l'Avesnois

5 - Les réfugiés de 2015 : ils viennent d’Irak, de Syrie, et recherchent la liberté


C’est en pleine « affaire des migrants » qu’a été présenté le film de Christian Carion, « En mai fait ce qu’il te plait ». C’est avant tout cet été que la crise a été très forte, notamment avec les informations de nombreux naufrages de migrants en mer Méditerranée et à ceux situés dans les environs de la ville de Calais. On a vu une multitude de mouvements de population. Historiquement, ces mouvements de population ont toujours existé.

En France : il a fallu gérer 8 millions de personnes. Soit un quart de la population de l’époque « Aujourd’­hui, on a peur avec 20 000 syriens qui débarquent chez nous » rappelle Christian Carion. Ce que nous avons voulu démontrer à travers tout ces témoignages, c’est que la France a connu des situations bien plus douloureuse dans son passée. Le nombre de témoins, de livre relatant ce moment de l’histoire, est bien plus conséquent que la crise actuelle. Il y a eu plus d’un million de Pieds-noirs qui sont revenus d’Algérie dans les années 1970, les réfugiés espagnols entre 1936 et 1939, puis après la guerre jusqu’à la mort du dictateur Francisco Franco. Ils étaient des milliers de personnes « Je trouve cela étrange de dire qu’on ne pourrait pas gérer aujourd’hui, ou pire, que ça ne nous concerne pas. » complète Christian Carion.

Dans le film « En mai fait ce qu’il te plait, aucun message à destination des français n’est pour le coup délivré. Mais le sujet fait réfléchir, à comment nos parents, grands-parents, on vécut une vraie situation de guerre totale, ce que vivent ces milliers d’habitants de Syrie et d’Irak. Ces images de ces gens qui tentent de fuir la terreur, qui tentent de mettre à l’abri leur famille, entrecoupé entre les atrocités commises par Bachar Al-Assad et de l’autre la guerre menait par l’État Islamique : « L’énergie est la même que mes parents, présente Christian Carion. Tout cela est intemporel, quelque soit notre culture. Il ne faut pas faire le dos là-dessus. »
Après les témoignages de ces moments vécus durant l’exode, nous avons évoqué, parfois sans même parlé du sujet, la situation que vivent ces familles venues du moyen orient. Certains sont émus en évoquant ces destins fragiles. Après la crise vécue en interne avec les attentats de ce mois de novembre 2015, les dirigeants européens feront-ils le nécessaire pour faire fasse à cet afflux de population ? Ne pas oublier que les premières victimes des djihadistes, ce sont les réfugiés.
 


Votre avis


Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - Le traumatisme de 1940 et de l'année 2015

C’est une bien triste année 2015 que nous avons vécue, nous français. Le 7 janvier, l’attentat contre les membres de Charlie Hebdo, 1 ...

2 - Michel Beirnaert : un enfant naît d’une relation entre une réfugiée et un soldat

L’exode de mai 1940 a amené bien souvent des situations et des histoires qui changent un destin, voir même lance véritablement le cours d&rs ...

3 - Récit d'habitants de l'Avesnois : "Pour alléger la charge, mon père marche à la tête de son cheval"

René Latargez (Maubeuge)
C’est au petit matin du 10 mai 1940 que cet habitant de l’Avesnois est réveillé en sursaut. Da ...

4 - En mai fait ce qu'il te plait : un film relatant cette période, tournée dans la région

Ils sont des milliers à ne pas y croire. On leur dit que la guerre est au porte de chez eux, ils ne veulent toujours pas y croire. Pourtant, en ce mois de mai 1940, le Nord de la France est ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais