NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

Des élections régionales historiques en Nord-Pas-de-Calais-Picardie – Bilan dans l'Avesnois

6 – Le Canal Seine Nord : le premier gros dossier de l’équipe de Xavier Bertrand


Depuis 1993, ce projet était dans les esprits. Comment présenter ce projet ?
Une liaison à grand gabarit entre le port du Havre jusqu’au Benelux, d’une longueur de 107 kilomètres et reliant l’Oise (au niveau de Compiègne) au canal Dunkerque-Escaut, dans la ville cambrésienne d’Aubencheul-au-Bac. En tout, près de 32 communes traversées dans le Pas de Calais et 13 dans le Nord. C’est par le biais de Voies Navigables de France qu’est d’ailleurs proposé en 1996 un tracé de 115 kilomètres. Mais son coût de l’époque (2,29 milliards d’Euros) pose problème. Le projet est relancé en 2003, puis abandonné en 2008, à cause de la crise. Pourtant, trois ans plus tard, en avril 2011, une première pierre est posée à Nesle par Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Mais le projet tarde.

Le 17 avril 2013, Frédéric Cuvillier, alors ministre du Transport, reçoit des élus de la région, dont le maire de Marquion Jacques Petit, « On a mené une action qui a dépassé le cadre régional. J’ai très vite pris contact avec mes voisins de Picardie, et notamment de Nesle, Péronne et Noyon. Ensemble, on a mené des opérations de lobbying auprès du ministère du Transport. On est allé à Matignon, car on pensait que ce n’était pas suffisant, puis à l’Élysée, pour montrer la nécessité de ce Canal. Rémi Pauvros a notamment été nommé par Manuel Valls, pour qu’il puisse être en charge de la reconfiguration complète du dossier aussi bien sur le plan technique qu’économique. Et surtout pour que le dossier soit présentable à Bruxelles, pour qu’il puisse bénéficier d’un accompagnement important. Ce financement arrive aujourd’hui à près de 42%. Donc vous voyez, ce dossier je l’ai pris à bras le corps toutes ces années. »
Aujourd’hui, Jacques Petit a vu ses efforts récompensés. Nouvellement élu au tout nouveau Conseil Général depuis le 4 janvier, il estime que le travail effectué sur ce dossier est un aboutissement, mais pas une fin en soi, « Le Canal c’est bien, mais on n’est pas là pour regarder des bateaux. J’estime donc que la plate-forme de Marquion, la plus importante en terme de surface, doit être attractive. La région a donc un rôle déterminant, économiquement. Ce qui m’a fait choisir le camp de Xavier Bertrand, c’est qu’il a très vite compris l’importance de ce Canal, et ce que cela allé apporté à sa future grande région. Un projet structurant, qui concerne tout son territoire, de Compiègne jusqu’à Aubencheul-Au-Bac, traversant 4 départements. »

D’ici 2023, nous y verrons donc un canal, des plates-formes comme à Marquion qui feront 75 hectares, « La plate-forme de Marquion sera située aux confins des deux canaux grands gabarits, permettant la liaison avec la région parisienne et la mer du Nord et notamment le port de Gand en Belgique et une liaison directe avec le port de Dunkerque. Le tout sera dessiné comme un « Y », où les flux descendants et montants vont pouvoir circuler. Le Canal est une chose, et ce serait beaucoup mieux avec de l’activité. Ce sera notre plus gros chantier. Le but sera d’installer un espace, avec une multimodalité, notamment à Marquion. Il faudra aussi développer la trimodalité en incluant également les voies ferrées. »
Jacques Petit n’oublie pas combien ce projet a traversé les années sans trouver la bonne voie à prendre. Aujourd’hui, le successeur de Julien Olivier (maire de 1983 à 2014) sait combien son prédécesseur a dû batailler pour voir naître cette immense autoroute fluviale, « Ça fait 25 ans que monsieur Olivier évoque ce dossier, se souvient Jacques Petit. Les territoires y travaillent, et c’est un outil majeur pour le développement économique. Tout le monde l’a dit : en dehors du tunnel sous la manche, on est à côté du même type. Et on voit les retombées pour la région de l’arrivée du Tunnel sous la Manche. » Les travaux du premier grand projet du XXIe siècle débuteront en 2017. Un atout pour la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, un projet qui permet de relier chaque département entre eux. Il reste cependant encore beaucoup de questions, « J’ai eu l’impression pendant cette campagne que c’était considéré comme une espèce de projet magique qui résolvez tous les problèmes de la population du Nord Pas De Calais Picardie, répond Sandrine Rousseau, d’Europe Écologie les Verts. Il y a une seule chose dont je suis sûr : c’est que non. »
 


Votre avis


Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - Le contexte

Les élections régionales de décembre 2015 pour la toute nouvelle région Nord-Pas-de-Calais Picardie ont marqué les esprits. D’abord, ce sont les premi&egrav ...

2 – Des résultats historiques sur le territoire de l'Avesnois

 Au soir du 1er tour, le 6 décembre 2015, le Front National et le Mouvement Bleu Marine réalisent un score historique au niveau national : 28% des votes, devant la droite (27%) e ...

3 – La gauche tente de digérer son échec, « C’est un immense gâchis », estime Patrick Kanner

L\'alliance de la gauche au second tour avait été la principale raison de la victoire aux élections régionales de 2010. À l’issue du premier tour, largement ...

4 – L’Avesnois : un territoire devenu Bleu Marine

 Les élections régionales de décembre 2015 ont confirmé les récents résultats des Européennes et des Départementales : l’Aves ...

5 – « Des lendemains radieux pour le FN sur le territoire »

Ces trois victoires successives sur le territoire de la Sambre-Avesnois pour le Front National posent bien des questions. Ces questions souvent posées, bien avant même que le scrutin n ...

7 - Marie Sophie Lesne, "La crise est profonde, avec des conséquences qui sont lentes, et nous payons cela lors des élections"

Marie-Sophie Lesne est depuis le 4 janvier dernier Vice-Présidente au Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais Picardie en charge de l\'agriculture. Un sujet épineux vu l\'actualit& ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais