NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

Quel avenir ferroviaire en Sambre Avesnois ?

7 - Dans la région Nord-Pas-de-Calais, la sécurité sur les rails sacrifiés


Dans un long documentaire intitulé « Vérités et mensonges sur la SNCF » (visible ici), réalisé par Gilles Balbastre, on voit tout d’abord les problématiques de tous les jours : trains en retard, conséquences négatives pour les salariés, pour les familles. Le tout, en contradiction avec les propos du président de la SNCF, Guillaume Pépy « On a environ 90% de nos trains en France qui sont à l’heure », « On est complètement mobilisé pour que personne n’ait de mauvaise surprise ». Au fil du documentaire, vu près de 70 000 fois, on est glacé par les propos recueillis : des rails récemment modifiés sont ajustés par « des connexions provisoires alors qu’elles devraient être soudées », explique l’agent SNCF à la caméra, visage flouté. « Cela fait des mois que ça dure », assure-t-il. Des tire-fond, censés solidariser rails et traverses, se démontent à la main. Un train passe : « Vous avez vu comment ça bouge ? ». Ce documentaire a été réalisé le long de la ligne Lille-Arras-Paris. Il interpelle autant qu’une étude sur les conditions de travail et de sécurité ferroviaire réalisée par le cabinet Émergences. Le sociologue Julien Kubiak, membre du collectif de chercheurs Ferinter, s'attache aux effets de la réforme ferroviaire du 1er janvier dernier, en particulier la « qualité empêchée » du travail des cheminots. Trois mois d’enquête et 41 entretiens individuels ou collectifs, du cheminot du bas de l’échelle au directeur régional de la SNCF. On y prend l’exemple des conducteurs, qui expliquent que le nouveau cadencement des trains les oblige à « se concentrer tout le temps », sans relâche. « Les moments où tu déconnectes, t’es perdu, tu ne sais plus où tu es… Et si tu dois freiner à ce moment-là… Le film, comme l’expertise d’Émergences, s’intéresse aux causes des dysfonctionnements. Julien Kubiak pointe un « aveuglement organisationnel » et des « strates hiérarchiques et professionnelles entre lesquelles la circulation de l’information est fortement dégradée ». Entre les deux, « un encadrement intermédiaire sous tension ».

Parmi les métiers, il y a le « DPX (dirigeant de proximité), c’est le pire job de la terre. C’est d’une ingratitude. C’est un fusible. Me faire taper dessus et être obligé de mentir à mes gars… Moi, je ne pourrais pas » admet un agent du service matériel. Enfin, le sociologue lève le voile sur « la dégradation de l’entraide entre collègues », engendrée par « la relation client-fournisseur entre des agents appartenant à des équipes, métiers, établissements, branches ou Epic (établissement public industriel et commercial) différents ». « J’entends de plus en plus souvent cela : « ça, c’est un problème escale (les agents en gare – NDLR), ça, c’est un problème infra (le service qui gère les voies – NDLR) », témoigne un cheminot de poste d’aiguillage. Il conclut : « pour les retards de trains, on doit trouver le responsable pour imputer les pénalités. On cherche des coupables, mais on ne cherche pas de solutions. » À l’inverse, Julien Kubiak souligne « l’attachement des cheminots à la qualité du service public, à la sécurité des usagers et à la leur ». Pour Yves Coupé, conseiller régional qui a eu l’occasion de visionner le reportage, ce constat n’est pas étonnant « La région n’est pas assez attentive sur la sécurité et il n’y a pas de concordance avec la SNCF. Le budget consacré, qui approchera les 400 millions d’euros quand la Picardie rejoindra le Nord-Pas-de-Calais, doit lui en consacrer une partie. La SNCF a tenté de dédramatiser le sujet. Il faut tout de même rester vigilant » conclut-il.


Votre avis


Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - L'euphorie de l'après guerre

C’était à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
C’était l’époque des trains vieillissants, bien souvent dangereu ...

2 - Décisions implacables

Depuis, toutes les lignes de l’Europe du Nord passent par Lille Flandres ou Lille Europe. Ce déplacement de trafic, initié par Pierre Mauroy, a pe ...

3 - Le projet du TERGV Lille-Fourmies tombé aux oubliettes

Au niveau régional, ce n’est pas bien mieux. Le territoire du sud du Nord-Pas-de-Calais espérait pourtant beaucoup du projet de TERGV. Depuis nove ...

4 - La région s’intéresse-t-elle vraiment à ce territoire ?

« Je ne vois rien avancer », nous répond d’emblée Gérard Dupagny. Fataliste, lui qui a mené de nombreux combat ...

5 - L’actualité brûlante : plusieurs mois de travaux et des galères à prévoir … la journée.

Le mouvement de grève du jeudi 8 octobre 2015 a encore causé de nombreuses perturbations sur le territoire. Dans l’Avesnois, elles étaient ...

6 - La décentralisation de 2012 : le cadencement ferroviaire

Le cadencement. Un terme peu commun, surtout pour un sujet comme le ferroviaire. Que signifie-t-il ? Il est entendu en fin de compte que les trains circulent &ag ...

8 - Du côté de la Fédération Nationale des Usagers...

Et au niveau national ? Nous avons également voulu constater que la problématique du transport ferroviaire touche d’autres régions fra ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais