NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

Quel avenir ferroviaire en Sambre Avesnois ?

1 - L'euphorie de l'après guerre


C’était à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
C’était l’époque des trains vieillissants, bien souvent dangereux, comme ces machines à vapeur que l’on devait alimenter avec du charbon et de l’eau, ou pour certains pays, du mazout. Face à l’essor de l’automobile et de l’aviation, il fallait redonner une seconde vie au transport ferroviaire. L’âge d’or du train repartait de plus belle avec l’arrivée des Trans-Europe-Express dans les années 1950, essentiellement des trains de première classe. On pouvait circuler dans des voitures agréables, des trains de qualité, rapides et silencieux pour rejoindre l’ensemble des villes de l’Europe. Le Nord était alors un département privilégié, de par bien sûr sa proximité avec la Belgique, mais aussi de sa situation géographique.
Les territoires du sud du Nord-Pas-de-Calais étaient particulièrement bien desservis. C’était le cas surtout du territoire de l’Avesnois, symbolisé par les villes d’Aulnoye-Aymeries et Maubeuge : « Avant, Aulnoye-Aymeries était une gare internationale, se rappelle Gérard Dupagny. Depuis Aulnoye-Aymeries, il était facile (mais long) de partir rejoindre les capitales de l’Europe.

Mais ces territoires ont, dès l’arrivée du TGV en 1981, vite perdu de leur superbe. Aujourd’hui, c’est un bien lointain souvenir : les crises pétrolières ont cassé l’élan du TEE, le TGV est arrivé et Pierre Mauroy, Premier ministre à l’époque sous la présidence de François Mitterrand, privilégia un croisement du côté de Lille : « Je pense que nos élus de l’époque, et ceux qui les ont remplacés, ne se sont pas suffisamment battus pour garder les énormes avantages que pouvait avoir le territoire de la Sambre-Avesnois. Maintenant, il n’y a plus rien, constate froidement Gérard Dupagny. Même pas un petit train pour aller de Maubeuge à Mons, de Maubeuge à Charleroi. Plus rien ! Il y a eu une grande période où le trafic était bien plus important qu’à Lille-Flandres. Il y avait tout un trafic avec l’Europe du Nord : Moscou, Berlin, Oslo, Stockholm, Düsseldorf, Rome… tout cela passé par Aulnoye-Aymeries et Maubeuge ! »


Votre avis


Le rsum du Main Square en vido ce lundi sur votre portail
Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

2 - Décisions implacables

Depuis, toutes les lignes de l’Europe du Nord passent par Lille Flandres ou Lille Europe. Ce déplacement de trafic, initié par Pierre Mauroy, a pe ...

3 - Le projet du TERGV Lille-Fourmies tombé aux oubliettes

Au niveau régional, ce n’est pas bien mieux. Le territoire du sud du Nord-Pas-de-Calais espérait pourtant beaucoup du projet de TERGV. Depuis nove ...

4 - La région s’intéresse-t-elle vraiment à ce territoire ?

« Je ne vois rien avancer », nous répond d’emblée Gérard Dupagny. Fataliste, lui qui a mené de nombreux combat ...

5 - L’actualité brûlante : plusieurs mois de travaux et des galères à prévoir … la journée.

Le mouvement de grève du jeudi 8 octobre 2015 a encore causé de nombreuses perturbations sur le territoire. Dans l’Avesnois, elles étaient ...

6 - La décentralisation de 2012 : le cadencement ferroviaire

Le cadencement. Un terme peu commun, surtout pour un sujet comme le ferroviaire. Que signifie-t-il ? Il est entendu en fin de compte que les trains circulent &ag ...

7 - Dans la région Nord-Pas-de-Calais, la sécurité sur les rails sacrifiés

Dans un long documentaire intitulé « Vérités et mensonges sur la SNCF » (visible

8 - Du côté de la Fédération Nationale des Usagers...

Et au niveau national ? Nous avons également voulu constater que la problématique du transport ferroviaire touche d’autres régions fra ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais